Journal d'un étudiant en histoire de l'art

Paru le
Papier ISBN: 9782923896489
Pas en inventaire. Sur commande : Délai de 5 à 14 jours

Maxime Olivier Moutier utilise la culture, la littérature et l’art comme véhicule pour devenir un meilleur humain.

Alors que des escargots mal-aimés sèment la terreur dans les campagnes, que la grippe A (H1NI) et une apocalypse prédite par les Mayas menacent la survivance de l’humanité, l’alter ego de Moutier tient un journal. Il y raconte que la mononucléose lui fait imaginer des festins là où il n’y en a pas. Qu’il prend au milieu des sapins une fille au nom de fleur sauvage. Il y fait état des soubresauts d’un amour agonisant, de la fièvre des passions clandestines, des efforts d’un père pour préserver ses enfants de sa douleur, de la solitude, de la détresse, mais surtout, du refuge que constituent ses découvertes artistiques.

Ainsi, au milieu de la noirceur enveloppante des classes de l’UQAM, Moutier trouve dans les œuvres diffusées par le projecteur la lumière qu’il lui faut pour continuer. Après tout, on a déjà construit des temples sans toit pour que Dieu puisse y entrer. Joseph Beuys s’est enfermé avec un coyote sauvage dans une galerie de New York. Chris Burden a choisi de se faire crucifier sur une Volkswagen et tirer une balle de carabine dans le bras. Le syndrome de Stendhal fait basculer les amateurs d’art de l’extase à l’évanouissement. John Cage a imaginé un concert dont l’aboutissement serait déterminé par le moment où un papillon s’échapperait de la salle. Une statue de Charles Daudelin est assez sécurisante pour qu’on y passe la nuit, et le pavillon Liliane et David M. Stewart du Musée des beaux-arts de Montréal assez invitant pour qu’on veuille y faire sa maison. Il y a là matière à se réconcilier avec la vie.
À la façon du ready-made, l’objet usuel que constitue le journal se voit ici promu au rang d’œuvre d’art.

Maxime Olivier Moutier a écrit une dizaine de livres sur des thèmes aussi variés que l’amour, la trahison et le mariage.

Les libraires craquent

  • On en a parlé dans Le Devoir par la librairie Monet

    Un article de Jérpome Delgado - 22/08/2015 / http://bit.ly/1PPVDQN

  • Les libraires conseillent! (septembre 2015) par la librairie Les libraires

    « Dixième roman de Maxime Olivier Moutier, Journal d’un étudiant en histoire de l’art est à lire autant pour son récit addictif que pour les réflexions pertinentes qu’il offre sur l’art. J’ai adoré son côté réaliste et un brin délirant! »
    Audrey Martel, librairie l’Exèdre (Trois-Rivières)

  • Un choix de notre libraire Audrey par la librairie Exèdre (l')

    Dixième roman de Maxime Olivier Moutier, Journal d’un étudiant en histoire de l’art est à lire autant pour son récit addictif que pour les réflexions pertinentes qu’il offre sur l’art. J’ai adoré son côté réaliste et un brin délirant!

Les libraires vous invitent à consulter

Maxime Olivier Moutier : Pour l’amour de l’art

Par publié le

Maxime Olivier Moutier retourne en classe le temps de rédiger son Journal d’un étudiant en histoire de l’art, autofiction fildefériste qui fait le pari de la connaissance comme ultime filet de sécurité pour ne pas tomber dans le précipice de sa propre folie.

Les libraires conseillent : sélection de septembre 2015

Par publié le

Chaque mois, nos libraires indépendants vous proposent cinq livres à dévorer.  « Les libraires conseillent », cette initiative des Librairies indépendantes du Québec, plaira aux lecteurs avides de suggestions. En effet, chaque mois, un comité formé d’une quinzaine de libraires établit, après moult discussions passionnées et passionnantes, une sélection de cinq livres. Essais, BD, romans jeunesse ou pour adultes, d’ici comme d’ailleurs, ces cinq livres seront mis de l’avant dans les librairies d

12 éditeurs québécois pour le 12 août

Par publié le

ALTO (Québec, 2011) Nous apprécions la curiosité, le dépaysement, les histoires plus grandes que soi, l’étrange, l’humour, le flou et ses contours, les récits qui transportent, remuent ou émeuvent, bousculent les conventions et font germer les songes.  Dernier titre québécois publié : Six degrés de liberté, Nicolas Dickner Les livres d’Alto BORÉAL (Montréal, 1963) La maison a été fondée à Trois-Rivières en 1963 par un groupe d’historiens. Ne publiant d’abord que des essais, le Boréal s’est dév

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres